Portraits de tueurs

retrouvez nous sur facebook suivez lesfaitsdivers sur twitter newsletter Newsletter rss RSS login Inscription portraits de tueurs en série
Roberto Succo

Roberto Succo Crimes et meurtres

Mis en ligne le 16/03/2009 - 00H22
imprimer Email Partager rss

Le 3 avril 1987, à Tresserve, André Castillo, un policier de 38 ans est abattu à 50 mètres de chez lui d'une balle de 22 long riffle. Son corps, gisant à côté de sa voiture en marche, est découvert par un voisin. Le meurtrier s'est enfui en emportant l'arme du policier.

Le 4 avril 1987, à Veyrier-du-lac, plusieurs villas sont cambriolées entre 20h30 et minuit.

Le 5 avril 1987, vers 4H du matin, un carambolage se produit sur la rocade d'Aix en Provence. Lionel Monti, qui passe par là, ralentit pour porter secours à l'un des accidentés. Mais l'homme sort un revolver, le fait sortir de sa voiture et s'enfuit à bord du véhicule. Lionel Monti décrit son agresseur aux gendarmes comme un homme jeune, à l'accent étranger et au regard clair.

Le 27 avril 1987, un homme avertit la gendarmerie de Haute-Savoie que sa compagne France Vu-Dinh, 30 ans, a disparu. Elle n'est pas venue déjeuner avec lui, alors qu'elle avait confirmé son arrivée juste avant. Elle ne répond pas aux appels et n'est pas allée à son cours de piano. En outre sa voiture, une Austin, a disparu. On ne la reverra plus.

Le 27 avril 1987, vers 22 H, Jean-Marie Ribère, chauffeur de taxi, arrête sa Mercedes sur une aire d'autoroute sentant la fatigue le gagner. Il est abordé par un homme à l'accent italien qui lui demande d'abord de l'huile avant de le menacer d'un revolver et de l'enfermer dans son propre coffre. Jean-Marie entrevoit une silhouette féminine dans l'autre véhicule, une Austin. 10 minutes plus tard, n'arrivant pas à démarrer la Mercedes qui possède un mécanisme antivol, l'inconnu force Jean-Marie Ribère à se mettre au volant pour démarrer le moteur. C'est alors que l'inconnu s'aperçoit que sa victime dans l'Austin fait des appels de phare pour alerter les automobilistes en sens inverse. Furieux, il s'écarte de la Mercedes et court vers son véhicule. Jean-Marie Ribère en profite pour écraser le champignon, s'enfuir et se réfugier au commissariat le plus proche. Des barrages sont mis en place et l'Austin est retrouvée vers 1H du matin, abandonnée sur la route de Sisteron.

Le 27 avril 1987, 23H30, le Docteur Michel Astoul sort de l'hôpital de Sisteron à bord de son Opel Kadett. Il n'arrivera jamais chez lui. Alertée par sa femme, la gendarmerie relie rapidement les deux affaires. L'Opel Kadett est retrouvée le 1er Mai, abandonnée à Sévrier.

Le 22 mai 1987, Cécile une étudiante de 22 ans, sort de chez son amant. Elle se fait agresser par un homme qui lui ordonne, revolver au point, de monter dans la voiture. Il l'a conduit dans une clairière. L'homme lui demande de se déshabiller. Depuis le début, la jeune femme n'a pas perdu son sang-froid. Elle n'a cessé de maintenir le dialogue, de faire parler l'agresseur. Et elle continue à le faire tout en se déshabillant lentement. Finalement, Cécile réussit à calmer et à raisonner l'homme. Il la laisse finalement partir en la menaçant de mort si elle parle. Ce qu'elle fera immédiatement auprès de la gendarmerie de Crolles (près de Grenoble), décrivant un homme jeune, au regard clair et à l'accent italien qui ressemble fort à la description faite par Jean-Marie Ribère.

Le 5 juin 1987, un jeune homme pénètre dans un pavillon de Crolles. Il est surpris par les locataires, Danielle et Georges. Il ouvre le feu et blesse sévèrement Georges.

Le 27 juin 1987, aux environs d'Aix-les-bains, une mère et son fils de 15 ans sont enlevés à bord de leur véhicule (une Austin) sous les yeux de sa fille qui prévient immédiatement la gendarmerie. L'homme les libère une quinzaine de kilomètres plus loin après les avoir forcés à se déshabiller. Des gendarmes croisent le véhicule en fuite et le prennent en charge. Ils tirent dans les pneus. L'Austin finit sa route dans le décor, mais le conducteur réussit à s'échapper.

Le 18 octobre 1987, le corps en putréfaction d'un homme est retrouvé dans une remise à Châtenet. Le corps est formellement identifié comme celui du Docteur Michel Astoul.

Le 24 octobre 1987, Claudine Duchosal (40 ans) est violée et assassinée d'une balle en pleine tête chez elle à Menthon-Saint-Bernard.

Le 1er décembre 1987, Brigitte, 23 ans, est agressée et violée chez elle (à Carqueiranne, entre Hyères et Toulon) mais réussit à s'échapper et à se réfugier chez ses parents. Elle décrit son agresseur aux gendarmes: un grand jeune homme au regard clair parlant avec un accent italien.

Le 11 décembre 1987, non loin de Manosque (dans le Lubéron), un automobiliste évite un piège (un barrage de fortune fait de rôchers) sur la petite route qui le ramène chez lui et se fait tirer dessus par un homme en treillis. Il réussit à manoeuvrer et faire demi-tour avant de filer prévenir les gendarmes.

Le 3 janvier 1988, un couple se fait agresser à Giens dans leur maison. L'homme est ligoté, la femme attachée au lit puis violée. L'agresseur s'en va en ayant d'abord pris le temps de se doucher et de manger.

Le 27 janvier 1988, au bar l'Enfer à Toulon, deux malfrats draguent deux jeunes femmes lorsque l'homme qui les accompagne s'interpose. L'altercation dégénère rapidement, des coups de feu sont échangés et l'un des deux malfrats est grièvement blessé par l'inconnu qui accompagne les jeunes filles.  Les policiers remontent rapidement la piste, l'une des serveuses du bar connaissant les demoiselles. Les inspecteurs Michel Morandin et Claude Aiazzi se rendent à l'hôtel où elles logent. Ils sont attendus par un homme jeune au regard clair qui sort une arme, blesse grièvement Aiazzi et tue Morandin à bout portant d'une balle en pleine tête. Au domicile du meurtier, la police retrouve plusieurs photos et faux papiers d'identité.

Le 29 janvier 1988, Françoise Wannaz, une institutrice de 30 ans, est prise en otage dans son véhicule par un homme qui la force à franchir 3 barrages de Police avant de réussir à se jeter en marche hors du véhicule qui finit dans un mur. Mais l'homme réussit une nouvelle fois à échapper aux policiers.

Le soir même, l'homme se réfugie au hasard dans un immeuble. Il s'invite à une soirée organisée par une jeune fille de 16 ans et agresse les invités au fur et à mesure de leur arrivée, obligeant même l'une des filles à lui faire une fellation. Il s'en va vers minuit.

retour
derniere heure
a la une
le top

E-mail :

Mot de passe :

le top
Retrouver l'actualité
sur

publicité
L'affaire de la semaine

en ce moment sur LFD-TV
Le portrait de la semaine


Les mots clés qui font l'actualité

Inscription à la newsletter
Recevez toute l'actu des Faits Divers dans votre boîte mail.
Email :

Derniers commentaires

airone : oui la prise d otage ,les autorités ne donnent pas les faits reel ,pourquoi il s apelait yaya ,c'est juste quand il ma demandé ma nationailité je…
sur GIGN, prise d'otage du vol alger paris

Stangame : Salut, René Lancelin, inquiet de ne pas avoir retrouvé sa femme et sa fille pour un repas chez des amis, appelle la police. Ensemble, ils…
sur Les Soeurs Papin

Ericmaillaird : Vraiment ! Je trouve ça beau ! Arrachage d'yeux ! J'aaaadorreeee ! J'ai fais la même avec mon chien ! Rest in peace pepete :)…
sur Les Soeurs Papin

Ericmaillaird : C'est dégueu ! Horrible même !…
sur Les Soeurs Papin

Frederick : excellent, on a quand même encore le droit de rêver. Que la force soit avec nouuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuus :-)…
sur pub darkvador Volkswagen

publicité